Véronique Dumont

Artiste française depuis toujours attirée par la terre, Véronique Dumont ne sculpte que depuis très récemment. Une émergence pourtant fulgurante et une maîtrise technique tout à fait impressionnante chez cette autodidacte formée par les livres et la pratique assidue dans son atelier situé en région parisienne, dont elle est originaire. L’artiste surprend en effet par la maturité de son travail dominé par le thème du buste associé, dans une production déjà substantielle, à quelques études de mains d’une grande expressivité. Des bustes d’hommes souvent, de femmes aussi dont elle livre des portraits sensibles mais toujours imaginés – Véronique ne travaille pas d’après modèle –, ceci sans autre ambition que de transmettre une émotion, le souvenir parfois d’un être, la réminiscence d’un moment.

Avec les œuvres en bronze ou en terre cuite de Véronique, le regard part à la rencontre de l’Homme abordé dans toute sa diversité. De la force des visages aux traits typés d’Adric, Mauï ou encore Diomédi, à la féminité sensuelle de Mademoiselle, Un Baiser, ou La fille aux yeux clairs ; de La Marianne aussi – première commande publique –, subtilement tempérée ici par la détermination identitaire du sujet. De la sagesse de Kanghour, de L’Ange, de La Douceur, à la force tranquille d’Autrefois rencontré au détour d’un bel hommage à Rodin … La gamme des expressions se décline et avec elle, celle des sentiments.

Nés de gestes appliqués et répétés, les portraits prennent vie entre les mains de l’artiste, investis par une douce humanité qu’elle parvient à leur donner avec l’efficacité de ceux qui savent s’effacer derrière la matière pour la laisser s’animer. Un succès déjà effectif pour cette « jeune sculpteur » qui s’en étonne presque avec l’humilité et la retenue qui la caractérisent. Véronique Dumont : un avenir prometteur et de belles créations à suivre ; un talent inné prouvant à qui en douterait encore que la valeur, effectivement, n’attend pas le nombre des années. Une efflorescence …

Sophie Cloart

French artist who has always been attracted by clay, Véronique Dumont began sculpting only very recently. An emergence yet stunning and a quite impressive technical mastery for this self-taught artist formed by books and assiduous practice in her workshop located in the Paris area, where she is from. The sculptor actually surprises by the maturity of her work, dominated by the theme of the bust associated, in an already substantial production, with some hands studies of great expressiveness. Busts of men often, also of women of which she delivers sensitive but always imagined portraits – Véronique does not work according to a model –, without any other ambition than to transmit an emotion, sometimes the memory of someone, the reminiscence of a moment.

With Véronique’s bronze or terracotta sculptures, the gaze goes to meet the Man, approached in all his diversity. From the strength of the mighty faces of Adric, Mauï or Diomédi, to the sensual feminity of Mademoiselle, Un Baiser or La fille aux yeux clairs ; of La Marianne too – first public commission – here subtly tempered by the typical determination of the subject. From the wisdom of Kanghour, The  Angel, La Douceur, to the quiet strength of Autrefois encountered at the turn of a beautiful tribute to Rodin… The range of expressions is expanding and with it, that of feelings.

Born of meticulous and repeated gestures, the portraits come to life under the artist’s hands, invested by a sweet humanity she manages to give them with the effectiveness of those who know how to fade themselves behind the material to let it animate. A success already effective for this « young sculptor » almost surprised by this with the humility and restraint that characterize her. Véronique Dumont : a promising future and beautiful creations to follow; an innate talent proving to anyone who still doubts about it, that value, indeed, does not wait for the number of years. An efflorescence…

Sophie Cloart